1st

1stb

1stc
1std

Le premier poème visible

 

Pensive et pâle elle disait

Je vois la source de vos rires

Et c’est façile 

Car vous êtes innocent

 

Haute herbes coquelicots

Tilleuls débordant du mur

A l’époque de coeur nu

Et des baisers chaque soir

 

Je vois la source de vos rires

Dans le simple mouvement

Qui derange votre armure

Gorges grises et tuiles rouges

 

Et vous passez lentement

Sur un petit pont de pierre

Et vos ombres confondues

Son toute une nuit d’amour

 

Je vois la source de vos rires

Au levier de votre plafond

Au tourbillon de votre lit

Aux fenêtres de votre chambre

 

Je vois la source de mes larmes